Directly go to the content

Que sont les anti-inflammatoires?

Que sont les anti-inflammatoires?

Stéroïdiens ou non-stéroïdiens

Les médicaments anti-inflammatoires ont un triple effet : anti-douleur, mais aussi anti-fièvre et anti-inflammatoire. Ces médicaments sont aussi appelés antiphlogistiques. Ils se répartissent entre anti-inflammatoires stéroïdiens et non-stéroïdiens, appelés communément AINS. Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens ne contiennent pas d'hormones. Il existe différents types d’anti-inflammatoires sur le marché. Voici quelques exemples d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens : Advil, Aleve, Ibuprofène, Naproxène, Nurofen et Voltaren. Les anti-inflammatoires stéroïdiens incluent entre autres : Prednisone et Triamcinolone.

Comment fonctionnent les anti-inflammatoires?

Les prostaglandines sont des cytokines, une substance ressemblant aux hormones et qui ont pour rôle la régulation de la douleur, de la fièvre et des inflammations. Les anti-inflammatoires (AINS) freinent la production de prostaglandines dans le corps. Ils freinent ainsi l’inflammation, et préviennent (partiellement) la transmission des signaux de la douleur par le biais de nerfs sensitifs vers le cerveau, et font baisser la fièvre. Le fonctionnement des AINS est efficace, mais de courte durée : en moyenne quatre à huit heures. D’autre part, ils ne traitent pas la cause de la douleur ou de la fièvre (à l’exception des inflammations). Les inflammations des articulations ne sont que légèrement freinées, et ce uniquement si le dosage est adéquat. Les AINS ne stoppent pas le processus de la maladie, et ne peuvent généralement pas prévenir l'endommagement des articulations.

Quand utiliser des anti-inflammatoires?

Les anti-inflammatoires sont mis en œuvre efficacement à grande échelle, aussi bien pour le traitement des douleurs aigues qu’en cas de douleurs chroniques. Les maux de tête, douleurs menstruelles, douleurs faisant suite à un traitement dentaire, douleurs en bas du dos, migraines, goutte, inflammations des ligaments, douleurs rhumatismales, arthrose sont des exemples d'affections et de symptômes pour lesquels le médecin prescrit des anti-inflammatoires. Selon l’échelle analgésique élaborée par l'Organisation mondiale de la santé pour le traitement de la douleur, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens comme l’Ibuprofène et le Naproxène font partie des anti-douleurs simples qui sont mis en œuvre dans le cadre des traitements anti-douleur. Lorsque ces médicaments n’offrent pas le soulagement escompté, il est possible de passer à l’étape 2. Le Tramadol et la Codéine sont alors mis en œuvre. Ces préparations à base de morphine offrent un soulagement adéquat en cas de douleurs moyennes à fortes et chroniques.

Risques et effets secondaires des anti-inflammatoires

Les traitements anti-inflammatoires ne sont pas sans risques et les effets secondaires sont nombreux. Les effets secondaires des AINS par exemple sont plus nombreux que ceux d’antidouleurs comme par exemple le paracétamol. Les plus nombreux sont les problèmes d’estomac et des intestins, nausée, vomissements, diarrhée, rétention d’eau et coagulation retardée. D’autre part, les anti-inflammatoires sont susceptibles de causer des ulcères, et chez les personnes souffrant de problèmes rénaux, les anti-inflammatoires peuvent altérer la fonction rénale. L’usage d’anti-inflammatoires est fortement déconseillé en cas d'insuffisance cardiaque. Ces remèdes augmentent en effet le risque d'insuffisance cardiaque, ou l’empirent.

Prenez des anti-inflammatoires avec parcimonie et sous un suivi professionnel

Comme pour tout médicament, les anti-inflammatoires doivent être pris avec prudence. Lisez par conséquent la notice avec soin, et respectez le dosage et les délais mentionnés. Certains anti-inflammatoires sont uniquement disponibles sur ordonnance, d'autres pas. Ne prenez jamais des anti-inflammatoires prescrits pour d’autres personnes. Ne les utilisez que sur prescription d'un médecin. Souvenez-vous toutefois que les médicaments anti-douleurs ne constituent qu’une solution temporaire contre la douleur. À l’aide d’un médecin, tentez de trouver l’origine de la douleur afin de la traiter de façon adéquate si cela est possible. Veillez d’autre part à ne pas développer d’addiction aux anti-inflammatoires antidouleurs. Un traitement sur la durée créée l’accoutumance. Cela signifie que vous aurez besoin d’un dosage plus élevé pour parvenir au même résultat.