Lariam

Lariam

Le Lariam est un médicament antipaludéen qui est utilisé pour prévenir et traiter le paludisme. La méfloquine est l’ingrédient actif qui tue les parasites du paludisme dans le sang. Plus d’informations

Un médecin évaluera votre demande et en cas d’acceptation, rédigera une ordonnance. Cette ordonnance est ensuite envoyée directement dans une pharmacies. Celle-ci expédie alors les médicaments dans un délai d’un à trois jours ouvrés. En savoir plus concernant le mode d’action.

Produit
Prix (incluant la consultation médicale)
Produit – Prix (incluant la consultation médicale)

Qu’est-ce que le Lariam ?

Le Lariam est un médicament antipaludéen qui est utilisé pour prévenir et traiter le paludisme. La méfloquine est l’ingrédient actif qui tue les parasites du paludisme dans le sang. Si vous restez sous les tropiques, vous devez sérieusement envisager vous prémunir contre le paludisme.

Quand utiliser le Lariam ?

Le Lariam est destiné à prévenir et traiter le paludisme. Le paludisme est transmis par la piqûre d’un moustique infecté par le parasite du paludisme. Une grande partie des moustiques des régions tropicales sont infectés par ce parasite. Lorsque vous êtes infecté, les parasites se logent dans le foie. Une fois mature, une partie du parasite se déplace vers les globules rouges et les casse. Cela provoque de la fièvre. Les parasites survivent dans le foie et peuvent provoquer des semaines jusqu’à des mois plus tard, une nouvelle attaque de paludisme. Le Lariam tue les parasites du paludisme et est prescrit lorsque vous visitez les tropiques.

La prévention du paludisme

Lorsque vous voyagez dans une zone touché par le paludisme, vous pouvez prendre un certain nombre de mesures pour prévenir l’infection : les comprimés contre le paludisme(comme le Lariam), porter des vêtements couvrant bien le corps, appliquer une lotion cutanée contenant du DEET et dormir sous une moustiquaire. Une infection par le paludisme se reconnait à des symptômes grippaux tels que des maux de tête, douleurs musculaires, des nausées et diarrhée. En cas de doute persistant des mois après votre retour de la zone à risque, consultez un médecin. Il est possible que vous soyez infecté. Une attaque de paludisme peut se produire des mois après le retour.