Directly go to the content
Autres services de consultation fatigue fille allongée sur le canapé
  • Insomnie sévère
  • Sommeil

Insomnie sévère

​L’insomnie sévère est un état très désagréable qui peut avoir de graves conséquences sur votre vie, comme un dysfonctionnement pendant la journée.  

Il convient de faire la distinction entre les problèmes de sommeil légers et les insomnies plus sévères. En général, nous parlons d’insomnie sévère si la qualité du sommeil est altérée au moins trois fois par semaine, pendant une période de plus de trois semaines et que cela entraîne de difficultés pendant la journée. Si votre insomnie n’est qu’occasionnelle, qu’elle dure moins de trois semaines, et qu’elle ne provoque pas de dysfonctionnements pendant la journée, alors vous souffrez de légers problèmes de sommeil. Normalement, ces problèmes disparaîtront d’eux-mêmes.

Traitements de insomnie sévère

Qu’est-ce que l’insomnie sévère ?

L’insomnie sévère peut être définie comme des troubles du sommeil qui persistent pendant plus de trois semaines, se produisent au moins trois fois par semaine et entraînent un dysfonctionnement pendant la journée. Les troubles du sommeil peuvent être divers comme la difficulté à s’endormir, les réveils réguliers pendant la nuit, les réveils trop précoces, le manque de repos, les rêves agités et le sommeil léger. Toutes ces plaintes peuvent vous amener à fonctionner moins bien que d’habitude pendant la journée, par exemple, vous êtes très fatigué(e), somnolent(e) et irritable pendant la journée et vous souffrez d’une baisse de concentration. Ces plaintes peuvent être exacerbées par des comportements dits de mauvais sommeil, tels qu’un sommeil de trop longue durée, un rythme sommeil-veille perturbé, le recours aux somnifères ou à l’alcool. Il est également possible qu’une personne qui souffre d’insomnie à court terme et non sévère finisse par développer une insomnie sévère. Ce sont alors principalement des facteurs psychologiques qui interviennent, les gens sont convaincus qu’ils ne peuvent pas dormir et l’associent donc à quelque chose de négatif.  

Quelles sont les causes de l’insomnie sévère ?

Une insomnie sévère peut avoir plusieurs causes. En voici quelques exemples : 

  • plaintes psychiques ; 
  • plaintes physiques ; 
  • inquiétude et stress ; 
  • mauvaises habitudes de sommeil ; 
  • troubles du sommeil. 

L’anxiété et la dépression sont incluses dans les plaintes psychiques. Les plaintes physiques peuvent être : devoir uriner la nuit, toux, démangeaisons, oppression, douleurs, sueurs nocturnes, crampes, jambes sans repos, brûlures à l’estomac ou palpitations. Toutes ces plaintes vous empêchent de bien dormir ou vous réveillent régulièrement, ce qui a un mauvais effet sur la qualité de votre sommeil. Si vous vous inquiétez beaucoup avant d’aller vous coucher, par exemple, si vous avez des soucis professionnels ou familiaux, cela va vous empêcher de vous endormir. Les mauvaises habitudes de sommeil peuvent également mener à une insomnie grave. En voici quelques exemples :  

  • Perturber son rythme veille-sommeil par le décalage horaire, le travail de nuit, les siestes diurnes ou la (trop longue) grasse matinée ; 
  • Se coucher trop tôt ; 
  • Boire de la caféine le soir, comme du café, du coca et des boissons énergisantes ; 
  • Fumer, puisque la nicotine est un stimulant ; 
  • Boire de l’alcool ; l’alcool peut vous amener à vous réveiller plus souvent la nuit ; 
  • Faire du sport ou une autre activité vive pendant la soirée, cela vous maintient actif(ve) et vous avez alors besoin de plus de temps pour vous endormir ; 
  • Prendre des médicaments stimulants ; 
  • Manger trop tard dans la soirée, votre digestion fonctionne encore longtemps empêchant votre organisme de se reposer ; 
  • Regarder des écrans avant d’aller se coucher puisque la lumière bleue vous tient éveillé(e). 

Pour conclure, un trouble du sommeil peut être la cause de votre insomnie sévère, c’est le cas de l’apnée, la narcolepsie, les jambes sans repos ou le syndrome de retard de phase du sommeil. L’apnée du sommeil est une affection qui vous amène à ne pas respirer pendant au moins 10 secondes pendant la nuit. Cela peut se produire de manière répétée, même plus de cinq fois par heure, ce qui influence fortement la qualité du sommeil. De ce fait, vous n’avez pas la sensation d’être reposé(e) vous vous sentez souvent somnolent(e) avec plus de difficultés de concentration. La narcolepsie est une affection qui provoque un endormissement régulier pendant la journée, même pendant une activité. Les personnes aux jambes sans repos ne peuvent pas empêcher leurs jambes de bouger et ont des sensations désagréables de lourdeur dans les jambes. Pour conclure, un syndrome de retard de phase du sommeil ne vous permet de vous endormir que très tard, ce qui vous rend très somnolent(e) le matin. Vous ne pouvez adapter ce rythme. 

Quelles sont les formes d’insomnie sévère ?

En général, l’insomnie sévère s’exprime par des troubles graves du sommeil qui perdurent pendant plus de trois semaines et se produisent au moins trois fois par semaine, avec pour conséquence que vous fonctionnez moins bien pendant la journée. Une distinction est faite entre les problèmes de sommeil légers et les insomnies plus sévères. Les insomnies légères disparaissent généralement d’elles-mêmes et sont provoquées par une cause claire, comme un décalage horaire. De plus, les troubles légers du sommeil n’entraînent pas de dysfonctionnement pendant la journée. 

Comment pouvez-vous reconnaître l’insomnie sévère ?

Vous pouvez reconnaître l’insomnie sévère à un des points suivants : 

  • difficulté à s’endormir ; 
  • réveil non reposé, même après au moins 8 heures de sommeil ; 
  • réveil régulier la nuit ; 
  • réveil trop tôt ; 
  • rêves et cauchemars ; 
  • sommeil léger ; 
  • fatigue, somnolence, irritabilité en journée ; 
  • concentration réduite en journée ; 
  • ronflement ; 
  • sueurs nocturnes ; 
  • aller uriner plusieurs fois pendant la nuit. 

Que pouvez-vous faire contre l’insomnie sévère ?

Votre médecin peut vous donner des conseils utiles si vous souffrez d’insomnie grave. En voici quelques exemples : 

  • Utilisez votre lit uniquement pour dormir. Ne mangez pas, ne lisez pas ou ne regardez pas la télévision au lit. 
  • Buvez un verre de lait chaud avant d’aller dormir. 
  • Faites des exercices de détente comme la méditation. 
  • Ne vous lancez pas dans des discussions houleuses moins de deux heures avant de vous coucher. 
  • Évitez la caféine (café, thé noir, coca, chocolat) en soirée. 
  • Évitez l’alcool. 
  • Essayez également de conserver le même schéma éveil/veille pendant le week-end que durant la semaine, n’allez pas au lit plus d’une heure plus tard qu’en semaine et ne dormez pas plus d’une heure de plus. 
  • Évitez de faire du sport ou d’autres activités en soirée. 
  • Essayez de ne pas créer d’associations négatives avec le sommeil, pour éviter le cercle vicieux. 
  • Essayez de faire une promenade en soirée ; la lumière du soleil fait en sorte que votre corps « sait » qu’il fait jour. 
  • Bougez et faites assez de sport. 

Ce sont des conseils généraux, si votre insomnie sévère est la conséquence de plaintes psychiques, comme un trouble anxieux ou de la dépression, suivez les conseils de votre médecin traitant. 

Quels sont les traitements ?

Médicaments 

En général, les médicaments contre l’insomnie sont prescrits avec précaution par les médecins. L’objectif est de réduire les plaintes en traitant autant que possible les causes. Les médicaments sont uniquement prescrits pour une durée très courte, car leur effet thérapeutique diminue au bout de deux semaines et des effets indésirables peuvent persister. Ils peuvent par exemple être prescrits en cas d’insomnie sévère de courte durée suite à des problèmes passagers ou si l’insomnie entraîne un dysfonctionnement grave pendant la journée. Normalement, un médecin procède comme suit si un patient vient consulter pour des problèmes de sommeil graves  : 

  • La nature de la plainte est discutée (le patient a-t-il du mal à s’endormir, s’éveille-t-il/elle souvent pendant la nuit, ou trop tôt, sans être reposé(e) ?) ; 
  • La durée, le déroulement et la fréquence de survenue des plaintes sont discutés ; 
  • Est-il question de plaintes diurnes et de conséquences pour le fonctionnement quotidien ? (fatigue, perte de concentration) ; 
  • Quelles sont les causes potentielles ? 
  • Schéma de sommeil (à quoi ressemble le schéma de sommeil et à quoi ressemblait le schéma de sommeil avant le début des plaintes) ; 
  • Quelles sont les attentes du (de la) patient(e) en matière de sommeil ? 
  • Que fait le(la) patient(e) pour essayer de mieux dormir ? 
  • Est-il question de phénomènes comme le ronflement, les jambes sans repos, des crampes nocturnes au mollet ou de la somnolence pendant la journée ? 
  • Quelles sont les attentes du (de la) patient(e) concernant les solutions possibles pour l’insomnie ? 

Si un médecin le juge nécessaire, il ou elle peut choisir un somnifère faisant partie des produits Z. Ce sont des somnifères et des sédatifs qui calment le système nerveux central et qui raccourcissent également la durée d’endormissement. Des exemples sont le zolpidem et le zopiclon. Le choix des médicaments dépend notamment de vos plaintes. Votre médecin ne vous prescrira que 5 à 10 comprimés, car ces médicaments ne doivent pas être utilisés pendant une longue période. Si un trouble du sommeil est à l’origine de vos problèmes de sommeil, il faut bien sûr s’en occuper en premier lieu. Votre médecin peut alors décider de vous faire passer un test de sommeil dans une clinique. Vous passerez ensuite la nuit dans une clinique et pendant cette nuit, votre sommeil sera examiné en profondeur. 

Pour plus d’informations sur l’utilisation responsable de ce médicament, veuillez vous référer à notre politique relative aux médicaments Z

Traitements alternatifs 

Des traitements alternatifs tels que l’utilisation de la mélatonine peuvent également être choisis. La mélatonine est une hormone naturellement présente dans notre corps et qui joue un rôle dans la régulation du cycle veille-sommeil. Normalement, la quantité de mélatonine dans le sang augmente tard dans la nuit. Cela vous donne envie de dormir et fait baisser la température corporelle. La mélatonine est principalement choisie lorsque le rythme jour-nuit est perturbé par le décalage horaire. Elle n’est recommandée que pour les vols traversant au moins cinq fuseaux horaires. La mélatonine n’a pas d’effet clinique pertinent en cas d’insomnie chronique ou de plaintes dues à un travail de nuit. En outre, divers agents à base de plantes peuvent être choisis, comme la valériane et la passiflore. La valériane pourrait être efficace, mais les conclusions des études ne sont pas sans équivoque. Malheureusement, les données disponibles sur l’efficacité des autres produits à base de plantes sont insuffisantes. 

Changements de mode de vie 

Comme mentionné ci-dessus, il est également recommandé de modifier son mode de vie pour réduire les symptômes d’une insomnie grave. Par exemple, il est recommandé de bouger et de faire suffisamment d’exercice pour fatiguer votre corps et favoriser votre santé générale. Il est également conseillé de faire une promenade le matin pour réveiller votre corps et obtenir une forte dose de vitamine D. Évitez également l’alcool et la caféine le soir, ce sont des stimulants qui vous tiennent éveillé(e). Et bien que vous puissiez vous endormir plus rapidement après avoir bu de l’alcool, il a un effet très néfaste sur la qualité générale de votre sommeil, car il vous suscite à vous réveiller régulièrement et à dormir très légèrement. 

Risques et effets indésirables 

Comme les somnifères provoquent des risques et des effets indésirables comme la somnolence en journée, l’influence de la capacité à conduire et la dépendance, on choisira de préférence un somnifère à courte durée d’action dans un dosage le plus faible possible. D’autre part, l’effet de ces médicaments diminue au bout de deux semaines puisque l’organisme s’y accoutume. 

Comment pouvez-vous éviter l’insomnie sévère ?

Dans certains cas, l’insomnie sévère ne peut être évitée, par exemple quand elle découle d’un trouble du sommeil ou d’une dépression. Cependant, si vous souffrez déjà d’insomnie légère, vous pouvez prévenir le développement d’une insomnie grave en suivant les conseils ci-dessus, comme un mauvais comportement de sommeil. 

Source

Farmacotherapeutisch Kompas (2020). Slapeloosheid. [Insomnie.] Consulté le 1 juin 2020, sur https://www.farmacotherapeutischkompas.nl/bladeren/indicatieteksten/slapeloosheid 

Farmacotherapeutisch Kompas (2020). Zolpidem. [Zolpidem.] Consulté le 1 juin 2020, sur https://www.farmacotherapeutischkompas.nl/bladeren/preparaatteksten/z/zolpidem 

Farmacotherapeutisch Kompas (2020). Zopiclon. [Zopiclone.] Consulté le 1 juin 2020, sur https://www.farmacotherapeutischkompas.nl/bladeren/preparaatteksten/z/Zopiclon 

Koninklijke Nederlandse Maatschappij ter bevordering der Pharmacie. [Société royale néerlandaise pour la promotion de la pharmacie.] (le 26 août 2010). Slapeloosheid. [Insomnie.] Consulté le 1 juin 2020, sur https://www.apotheek.nl/klachten-ziektes/slapeloosheid#wat-is-slapeloosheid